Bunker Palace : un avenir architectural sans ruines ?

Posted on 17/12/2012 par

0



« La majorité des constructions entreprises par l’homme défient frontalement la nature. Tout ce que l’homme établit à la surface de la terre, la nature vient l’éroder avec le vent et le sable, le frapper avec la pluie ou la grêle, et le malmener avec les étés caniculaires et les hivers rigoureux. La maison « bateau en bouteille » n’est engagée dans aucune lutte avec les éléments naturels. Elle est en harmonie avec la nature et pourrait bien résister mille ou deux mille ans. En fait je pense que la possibilité même du logement souterrain annonce un avenir architectural sans ruines. »

bomboozled_illustration

En plein dans l’âge atomique, Jay Swayze, un entrepreneur texan, se lance avec Geobuildings dans le business des maisons souterraines, convaincu que cette manière de vivre est à la fois plus saine, plus sûre et plus écologique. L’atomitat ou « atomic habitat » devient un terrain d’expérimentation pour la maison individuelle idéale. Pas question pour lui de se terrer dans un trou à rats. Il s’agit de développer tous les dispositifs artificiels qui permettront de vivre aussi bien SOUS terre que SUR terre, voire mieux ! Spécialiste à la base des maisons suburbaines ranch-style, il veut transformer cet habitat temporaire en un réel lieu de vie où faire vivre une famille entière dans le plus grand confort et l’illusion d’être dehors même à six pieds sous terre…

Tex_Henderson_House_3_500

Le meilleur des (deux) mondes : maisons et jardins souterrains de Jay Swayze, aux éditions B2. Ou le petit manuel du comment vivre dans un diorama animé de faux levers de soleils, de chants d’oiseaux préenregistrés et de souffle d’automne capable de faire vibrer les rideaux.

underground home

Enterrée sous 7,50 mètres de terre, la propriété de Girard Henderson construite par Jay Swayze à Las Vegas en 1962 est accessible par un ascenseur dissimulé dans un faux rocher. Elle rassemble une maison de trois chambres, un practice de golf, une piscine chauffée, une cascade artificielle, un sauna, deux jacuzzis, un barbecue, une fontaine et même une maison pour les invités.

jay shwayze design

Il s’agit d’abord pour ce concepteur d’éliminer la claustrophobie, qui est le principal obstacle à la démocratisation de la vie souterraine. Jay Swayze intègre donc de faux espaces extérieurs attenant à la maison, il anime des faux paysages muraux par un jeu sophistiqué de lumière électrique et crée un système de ventilation permettant de faire circuler une brise artificielle dans toute la maison.

underground garden

Jay Swayze explique qu’il mène un sondage pour découvrir la valeur réelle que les gens attribuent aux fenêtres de leur habitat et aux décors sur lesquels elles donnent. Il découvre qu’une famille moyenne américaine ne porte en réalité aucune attention à cet extérieur, bien souvent médiocre visuellement : pelouses non entretenues et autres ciels brumeux. Il conclue alors que les gens apprécient les fenêtres, mais que ce qu’ils y voient à travers elles devient très vite insignifiant. « Dans les maisons et les bâtiments traditionnels, on ne choisit pas la vue offerte par les fenêtres et il faut faire avec ce qu’il y a. Après avoir bien regardé au dehors, j’ai réalisé qu’un artiste pouvait faire dix mille fois mieux. »

Tex_Henderson_House_barbecue

Comble du chic pour l’époque et détail pas des moindres : un faux rocher, posé  à même le gazon artificiel, dissimule un barbecue ventilé à travers des troncs d’arbres artificiels.

———

Jay Swayze, Le meilleur des (deux) mondes : maisons et jardins souterrains, Editions B2, 2012

———-

Et pour aller encore plus loin sous la terre :

New York World Fair de 1964 – « Welcome to the underground home, we speak Arabic, Cantonese, Deutsch, English… »

Elli & Jacno – « Bienvenue l’âge atomique, quelle période fantastique, on dit que tout va sauter, oui ça nous fait rigoler »

Publicités