Maison du bonheur – S02E01 – La vérité existe

Posted on 28/05/2013 par

0



Le parc de la raison

On accède au « Complexe de l’Exigence » en transport en commun. Le parc est fondu dans un environnement végétal dont on ne distingue pas aisément les limites de propriété. Les villas n’ont pas de clôtures. Les constructions sont proches les unes des autres et affichent une monumentalité franche.

Le concept du parc consiste à décliner un type unique de construction dont l’organisation de chaque demeure est adaptée au mode de vie de ses habitants.

La maison unitaire

Construite dans un béton sombre et granuleux, la maison affirme son assise au sol, assumant une relation forte avec la terre. Elle n’est pas comme une machine posée sur des échasses qui prend ses distances par rapport à la nature. Elle n’est pas non plus posée à la surface du sol comme une icône stéréotypée. La silhouette souvent insolite et parfois informe de la maison est en relation avec l’environnement. La variété des façades et les ambiguïtés qu’elles affichent donnent un aspect naturel au bâtiment, comme s’il était le résultat d’une évolution.

Le béton utilisé pour la construction est inspiré du torchis. Sa résistance est obtenue par l’ajout de fibres organiques à la place de l’acier. De l’air est injecté dans le béton afin de le transformer en mousse. Ce procédé augmente sa légèreté et sa capacité isolante sans pour autant diminuer sa résistance. Sa surface rugueuse évolue avec le temps et peut accueillir de la végétation grimpante ou des mousses. Le toit plat ou légèrement incliné est un dispositif qui permet de récupérer les eaux de pluie et de compléter les besoins en eau non potable des habitants. L’eau potable est distribuée par un réseau indépendant. Sur le toit sont également dissimulés des systèmes d’exploitation de l’énergie solaire.

La maison présente souvent un système de distribution des pièces étudié pour que les habitants fassent quotidiennement de petits efforts physiques. Si aujourd’hui les maisons sont conçues pour les handicapés, cela ne justifie pas de supprimer à tous les plaisirs qu’offre une topographie complexe. Certaines de nos maisons de plain-pied sont adaptables pour les handicapés.

Nos maisons offrent généralement une salle polyvalente très rudimentaire où il est possible de s’adonner aussi bien au bricolage qu’à la méditation ou à la musique. Y sont installés quelques appareils sommaires pour pratiquer un peu d’activités physiques. Pour l’anecdote, il est d’ailleurs possible de relier un appareil comme un vélo ou un tapis roulant à un générateur électrique pour apporter une petite contribution énergétique qui permet en un quart d’heure d’effort de faire fonctionner une radio ou une télévision quelques heures.

Le salon est un lieu dévolu au plaisir. Il est conçu pour offrir un maximum de confort. Il est généralement intimement lié au jardin. L’aménagement proposé consiste en de larges canapés et des fauteuils à l’assise confortable mais élevée et droite. On peut ainsi garder une certaine élégance et élever ses pensées, contrairement aux canapés actuels où l’on s’enfonce jusqu’à ce que la tête se retrouve au niveau de l’estomac. Le salon est organisé autour d’une petite table basse. Il possède souvent plusieurs petites dépendances comme un bureau, une bibliothèque, une salle vidéo ou un boudoir pour varier les plaisirs tout en restant en lien avec la communauté de la maison.

La décoration proposée est composée à partir de couleurs chaudes et de matières sensuelles. Les cloisonnements légers sont réalisés en panneaux de mousse de bois fabriquée comme du pain à partir de poudre de bois dans laquelle de la levure crée des bulles d’air. Le séjour est le lieu des plaisirs en communauté : des rencontres, des repas, des débats ou des projections de films.

Une cheminée spéciale est installée dans le séjour. Elle permet grâce à des dispositifs adaptés de brûler la quasi-totalité des déchets ménagers. Un système de convection naturel permet de diffuser une partie de la chaleur émise dans le reste de la maison. L’habitation n’est pas ventilée mécaniquement. L’air y circule en permanence librement. Cette perméabilité à l’environnement extérieur, si elle crée parfois un certain inconfort, permet cependant de ressentir un lien plus intime avec l’extérieur agréable.

Les chambres sont les lieux des individus et de leur autonomie. Elles sont des espaces retirés au sein de la maison. La lumière y entre souvent de manière indirecte ou par de petites ouvertures judicieusement disposées. Les vues vers l’extérieur sont orientées sur des zones précises du paysage. Les chambres présentent souvent plusieurs ambiances matérialisées par différents dispositifs : estrade, mezzanine, paroi coulissante, balcon, baignoire…

Le jardin est un espace assez réduit qui permet cependant d’y faire tout ce qu’on veut. Il est le plus souvent livré avec un potager. On peut manger dehors, faire jouer les enfants, faire du bricolage, jardiner, prendre un bain de soleil… Des espaces plus importants sont mis en commun au sein du Parc. On peut retrouver des terrains multisports, des espaces pour petits enfants, une piscine, une salle de fête commune…

La maison unitaire se décline suivant les ambitions de la famille. Les maisons explorent un même principe formel consistant en une forme unitaire qui enferme une organisation labyrinthique. Apparemment simple de l’extérieure, elle laisse entrevoir une complexité interne. Apparemment compliquée à l’intérieur, elle offre une multitude d’environnements simples.

Comme vous l’avez pressenti, vivre au parc de l’Exigence demande de suivre une discipline assez stricte pour accéder à la santé. C’est un plaisir masochiste requis par l’exigence. Dans ce parc vous n’êtes plus soumis aux pulsions consommatrices passives, au contraire il s’agit, ici, de construire ses passions et ses perversions. Et par delà peut-être d’atteindre LA présence et de se réconcilier avec la vérité. Visitons à présent les différentes formes que peut prendre la maison unitaire.

Publicités
Posted in: ASCÈSE, SUBURBAIN